Cheminee.com | Fabricant de Cheminée

L’utilisation de la cheminée à bois

Foyer-Light02-STONELa flambée

Il faut attendre entre 3 et 4 semaines après l’installation d’une cheminée à foyer fermé ou avec insert pour pouvoir s’en servir. En effet, l’habillage de la cheminée doit être totalement sec avant la première combustion. Si ce n’est pas la première utilisation, il faudra nettoyer l’âtre de ses cendres et poussières diverses des combustions précédentes.

La cheminée sera ensuite prête pour la combustion. Pour cela, plusieurs méthodes peuvent être pratiquées. La plus classique est de mettre du petit bois ou des boulettes de papier journal, et de mettre le feu à l’aide d’un briquet ou d’une allumette. On peut utiliser une longue allumette spécialement conçue pour l’allumage de la cheminée, ou faire une sorte de torche grâce à du papier journal. Toute utilisation d’alcool à brûler ou d’essence est à proscrire, étant trop dangereux. Il faudra ensuite croiser deux bûches, de façon à laisser l’air frais circuler dans le foyer et ainsi permettre une meilleure combustion. De grandes flammes doivent ainsi se former, qu’il faudra laisser environ une demi-heure de façon à ce que le foyer monte suffisamment en température et qu’il puisse ensuite diffuser l’air chaud par les bouches prévues à cet effet. Il faudra ensuite régulièrement rajouter des bûches, une par une, afin de permettre une chaleur régulière pendant toute la durée du feu de cheminée. La combustion sera optimisée si les bûches sont placées au fond du foyer, cela évite un bistrage trop rapide de la vitre, et permet un meilleur rendement calorifique grâce à la plaque de fonte au fond de la cheminée. Si la vitre est ouverte pendant la combustion, par exemple pour ajouter des bûches, un clapet de sécurité va s’ouvrir automatiquement, permettant ainsi de diriger la fumée dans le conduit, et non dans la pièce.

De nouvelles méthodes ont été développées, afin de réduire au maximum l’émission de gaz lors de la combustion du bois. La méthode « top down », venue des Etats-Unis, et l’inverse de notre méthode traditionnelle d’allumage. Elle consiste à mettre des morceaux de bois de plus en plus petits. On placera tout en bas du foyer les grosses bûches, puis par-dessus des bûches moins grosses et en haut de cette pyramide les buchettes ou cagettes, ainsi que le papier journal. Les bûches les plus grosses ne s’enflamment de cette façon qu’à la fin, c’est-à-dire au moment où le foyer est monté en température et où les gaz seront ainsi brûlés. La flambée se fait tout en douceur, jusqu’à obtenir un lit de braises. Puis, comme dans toute combustion, on ajoutera ensuite au fur et à mesure une grosse bûche.

L’entretien

Une fois la cheminée choisie et installée, il faut suivre un guide tacite de bonne utilisation de la cheminée. Il ne s’agit en effet pas seulement de mettre du feu pour avoir un beau feu, mais un tas de règles sont indispensables pour garantir un bon rendement et une bonne sécurité. En effet, même s’il est courant de mettre un peu n’importe quoi dans une cheminée, papiers d’emballage, papiers cadeaux, magazines, etc…il est en fait très dangereux de mettre autre chose que du bois, les différentes matières citées favorisant la création de créosote, qui se dépose dans le conduit et peut provoquer des feux de cheminées s’il n’est pas nettoyé régulièrement. De même, un bois humide ou un mélange d’essences auront le même effet néfaste, et si au quotidien l’utilisateur ne s’en rend pas compte, il court un risque sur le long terme. Pour éviter le feu de cheminée, il faut donc également nettoyer le conduit de cheminée, et cela est rendu obligatoire par l’intervention régulière d’un ramoneur. Celui-ci va enlever les différentes saletés emmagasinées dans le conduit. Cela va également diminuer le risque d’intoxication au monoxyde de carbone, et sur un plan économique va favoriser un meilleur tirage et va donc éviter d’utiliser plus de bois que nécessaire.

Il est également important de nettoyer la vitre en cas de foyer fermé, les parois de la cheminée, la plaque de fonte, de dégager régulièrement les cendres restantes dans le foyer, tout cela empêchant la combustion optimale et nécessitant de brûler trop de bois. A la fin de l’hiver ou à la fin de chaque saison, on peut nettoyer le foyer avec une brosse à poils durs et appliquer une bombe de couleur haute température, afin de lui permettre de mieux résister aux chocs thermiques.

La souche, sur le toit, doit également être vérifiée de temps en temps. L’utilisateur de la cheminée est bien évidemment responsable de la souche sur son toit, et celui-ci peut s’abîmer suite à un problème climatique (tempête de vent, fortes pluies) ou à une mauvaise installation initiale. Une souche affaiblie peut se démolir et entrainer de graves conséquences. Et à moindre échelle, des fissures peuvent provoquer un moins bon tirage, ou détériorer l’étanchéité de la cheminée, et par conséquence de la toiture. Il est donc conseillé de regarder régulièrement l’état de la souche, afin de corriger au fur et à mesure les débuts de failles plutôt que d’attendre que de plus gros soucis ne surviennent. Il faut en particulier regarder le couronnement, situé tout en haut de la souche, et qui permet de rendre étanche le conduit.

Enfin, la chemise doit toujours être en bon état. C’est la gaine posée à l’intérieur d’un conduit qui sert à le renforcer. En cas de présence de rouille ou de coutures ouvertes, il faut s’adresser à un professionnel afin qu’il puisse la changer rapidement.

Comments are closed.